top of page

Se nicher ou non quand on est créatif freelance 🤔

T'es-tu déjà posé cette question par rapport à ta vie professionnelle :

« Devrais-je me nicher ? »


Je ne sais pas toi, mais je trouve cette question particulièrement pénible quand on est multi-casquettes dans l’âme 🧢...


Alors, se nicher or not se nicher ?


Comme sur beaucoup de sujets entrepreneuriaux, on entend tout et son contraire. C’est donc à nous, aventuriers 😏, de se forger notre propre avis.


À noter : quand je parle ici de niche, je n’entends pas de se nicher sur un secteur (exemple : designer seulement pour des accompagnants du bien-être) mais plutôt se nicher sur un unique type de produit ou de service. Devenir l’expert d’un seul et unique sujet (exemple : designer de marque).


L’idée m’a longtemps titillée car je craignais de diluer mon énergie (et mes résultats) en ne creusant pas un unique sujet.


Je n’ai pas de réponse tranchée sur la question car comme un grand sage de notre époque disait :

« Je ne pense pas qu’il y ait de booonnes ou de mauvaises situations. »


Nicher est une bonne chose quand on se sent aligné avec cette décision.


Cela dépend :

✨ de notre profil

✨ et d’où nous en sommes dans notre carrière.


Se nicher ou explorer ? Le dilemme.


Le piège serait de se forcer à se nicher dès le début, sans s’être autorisé à tester et à explorer. Bref, sans se connaitre.


C’est comme se focaliser à trouver son style en dessin, avant même d’avoir commencé à (beaucoup) dessiner.


C’est tentant, mais c’est un piège.


Personnellement, je m’éclate dans la diversité. Je sais que c’est un ingrédient qui fait que je me sens bien au quotidien.


L’autre jour, on m’a demandé si j’allais me chercher toute ma vie (autrement dit : continuer d'explorer professionnellement).


Et bien...

Je crois que oui ✌️


La bonne nouvelle c’est que : je me cherche, et surtout, je me TROUVE.


Je n’ai jamais été aussi proche de moi-même qu’aujourd’hui.

Je n’ai jamais été aussi sereine dans ma tête.

Je n’ai jamais été aussi heureuse de l’équilibre et du rythme que j’ai.


Cette sérénité n’aurait jamais pu être possible sans m’être autorisée à explorer.


Petite parenthèse pour nuancer mes propos :

La vie est cyclique. Elle a ses hauts et ses bas. - les montagnes russes de l'entrepreneuriat, toi-même tu sais 😅

Vous me reprenez dans 3 mois et peut-être que je ne vous tiendrais pas le même discours, aussi enjoué et sure de moi. Peut-être qu’il sera juste temps d’entamer un nouveau cycle ?


Quoi qu’il arrive, explorer, tester, pour apprendre à se connaitre est indispensable.


Si je m’étais pas autorisée à explorer, je n’aurais pas su que je KIFFE :

  • Créer des univers de marque ✨

  • Illustrer pour raconter des histoires 🧡

  • Faire de l’UX/UI design - #figmaloveuse, si, si on peut amoureuse d'un logiciel, j'te jure.


Je n’aurais pas su non plus ce qui était éloigné de ma zone de kiff, comme :

  • Créer « juste un logo » (je n'aime pas faire les choses à moitié : juste un logo ne suffit pas pour créer un univers de marque et rendre autonome un client)

  • Faire de la mise en page print (c'est moins mon truc)

  • Réaliser des illustrations pour des particuliers (les entrepreneurs et l'édition sont mes chouchous, ma cible de coeur 🧡)


Aujourd’hui, j’ai décidé de centrer ma prestation de services autour de 3 sujets.

Alors certes, ce n’est pas niché, mais je sais sur quoi j’ai envie de me concentrer aujourd’hui, et pour les mois à venir.


Peut-être qu’un jour (pendant un nouveau cycle 😏) j’aurais envie :

  • D’ajouter une corde à mon arc ? Et/ou d’en enlever une ?

  • Ou de finalement me nicher, en n’en gardant qu’une ?

Qui sait ?

Seul, l’avenir nous le dira. 😌


Entretenir son enthousiasme


Imaginons : Tu décides de ne faire QUE du logo.

Et finalement, au bout d’un moment... tu t'ennuies comme un rat crevé 👉 ça se sentira et personne n’aura envie de bosser avec toi.


C’est pourquoi, au-delà de se nicher, je mets mon énergie à entretenir ma relation avec mon activité. Je souhaite être fière et enthousiaste de ce que je fais.


C’est ce qui me donne envie d'en parler et de mettre en valeur mon travail.


Chacun sa grille de lecture


💭 Imaginons que je souhaite travailler avec un.e copywriter.euse :


Je regarderais son expérience et aussi : son professionnalisme, son implication, sa curiosité… bref, sa personnalité et son savoir-être.


Finalement, cela dépend avec qui on a envie de travailler.


C'est vrai que le côté « expert d’une unique chose » peut rassurer quand on ne connaît ni d’Ève, ni d’Adam la personne.


Ça ne sera pas non plus l’unique chose qui pèsera dans la balance.


Ça dépend de la grille de lecture de chacun.


Finalement, j’inverserai la question : dois-je ou non me nicher ? Par :

👉 « Pour quoi ai-je envie d’être connu.e ? »

👉 « Pour quoi ai-je envie que les gens travaillent avec moi ? »


Indirectement, tu auras des éléments de réponse à la première question et ce dans quoi tu souhaites mettre ton énergie.


✨ Les news du Studio


J’avais envie de vous partager en quelques points ce qu’il s’est passé ces 3 derniers mois :



Si cet article te donne envie de réagir, n’hésite pas à répondre en commentaire ou à m'envoyer un message privé sur Instagram 😃


Sur ce, je te souhaite une joyeuse semaine ☀️ À bientôt,

Comments


bottom of page