top of page

Quand le dessin redevient un simple hobby

Je t’écris en direct d’un café, bien accompagnée d’un petit thé à la menthe.


Je suis sortie pour rédiger cette newsletter dans l’espoir de me sentir un peu plus concentrée qu’à la maison. - On est sur un « à moitié gagnant » car je ne peux m’empêcher de phaser à regarder les gens passer (avec, évidemment, l’envie de les dessiner) 😂


Je reprends tranquillement cette semaine, la tête encore complètement dans les Cyclades et sur le voilier 🇬🇷


Je fonctionne par phase (toi aussi peut-être ?) :

  • parfois j’ai envie de ne parler que de logo,

  • parfois j’ai envie de ne parler que de dessin…


Et ce mois-ci, je suis clairement dans une phase... DESSIN only.


Auparavant, j’en faisais tout un débat sans fin avec moi-même (tu les connais aussi ceux-là ? 😏) car je craignais qu’on ne comprenne pas ce que je fais. Maintenant, je ne me formalise plus. Je crois que les phases sont propres à tout créatif. Les suivre m'ont toujours été bénéfique.


Retour de Grèce 🇬🇷

Je voulais à tout prix poser les pensées que j’ai eues pendant ce voyage par rapport au dessin, avant qu’elles ne s’envolent. Sans vouloir trop rationnaliser le truc non plus, je suis certaine que la Maud du futur aura du plaisir à relire ces mots de temps en temps.


Dans tout domaine, nous faisons face à des phases de « stagnation », ou de « déclic ». Le « déclic », aaah cette délicieuse sensation, où l’on sent que l’on a capté quelque chose, passé un palier. 😊


Pendant ces vacances, j’ai ressenti plusieurs déclics : autant sur mon style, que sur mes compétences en dessin.


Je me suis demandée s’il y avait des ingrédients particuliers qui ont favorisé ces fameux déclics ? 🤔 🌶


C’est de ça que l'on va parler aujourd’hui :



🌶 Déconnexion mentale

Je n’ai quasiment pas pensé au boulot cette année pendant mes vacances. Je me suis autorisée à vraiment déconnecter : autant de mes emails… que mon cerveau ! 🧠 - et c’est bien ce dernier qui est plus difficile à débrancher, n’est-ce pas ?


Les 2 premières années d’entrepreneuriat me prenaient énormément de bande passante mentale, même pendant mes moments de « repos ». Cette 3ème année a été très différente sur cet aspect là.


La principale raison, me concernant, est la clarté que j’ai aujourd’hui sur mon activité. Je sais vers où je vais.

Les deux premières années, j’étais dans un flou (artistique ? 😏) complètement nécessaire mais qui ne me permettait pas d’être au clair et donc sereine sur mon activité.


La deuxième raison est que la vie d'entrepreneuse créative est devenue aujourd’hui ma normalité. Ce n’était pas le cas il y a 3 ans. Ce changement de style et de rythme de vie était tout nouveau. Le facteur temps dans toute transition est indispensable et incompressible pour accepter et intégrer une nouvelle situation.


Croquis de l'île de Santorin

🌶 0% pression, 100% plaisir : quand le dessin redevient un simple hobby

Pendant ce voyage, je sortais feutres et carnet sans but - en dehors de celui de me faire kiffer 😏

Déconnexion mentale + kiff m’ont permis de créer un grand « confort émotionnel », propice à la créativité.


Je reviens toujours au « confort émotionnel ». Cette notion est clé car c’est là qu’on crée le mieux.


Aquarelle de Klima et de ses cabanes de pêcheur colorées

🌶 Le plaisir de dessiner traditionnellement

  • Le « scrchhht, scrchht » des crayons sur le papier 🧡

  • La contrainte de n’avoir « que » ce que j’avais apporté dans ma trousse : cela me rend très créative et me fait un gagner un temps fou. Je suis direct dans la pratique. Contrairement au digital qui peut avoir un côté vertigineux où tout est possible 😵‍💫 : la taille du Canva, le nombre de brushes différents, le fait de pouvoir effacer à l’infini…


Je reviens avec l’envie de ne dessiner que sur papier (et de me trouver un bon scanner 😂).


Randonneuse face à la mer Méditerranée

🌶 Partir à l’aventure

Je suis clairement schizo sur cet aspect-là car j’adore autant :

  • le quotidien

  • et les parenthèses où l’on en sort complètement.

Une chose est sure : vivre des choses et partir à l'aventure est, non seulement l'une de mes priorités dans la vie, et c'est aussi ce qui me permet de remettre du fuel dans mon réservoir créatif.

L’inspiration vient avec le mouvement. Le fait d’avoir été pratiquement tout le temps dehors et en contact avec la mer m'ont grandement inspirée.


Aquarelle d'Iraklia, petit port grec


🧡 Artistes chouchous :


Dans les mêmes vibes que ces propos, deux récentes vidéos que j’ai adorées :


  • 🎥 Leigh Ellexson : l’un des commentaires disait : « this vlog heals my soul » et vraiment, je ne l’aurais pas mieux dit 😊. Des images et un discours apaisant, surtout à partir de 6min30.

  • 🎥 Marie Spénale : elle nous embarque dans une aventure avec elle quand elle décide de tester un nouveau medium : la gouache. J'ai adoré voir ses peintures et écouter ce qui se tramait dans sa tête pendant ses différentes explorations.


Sur ce, je te souhaite une merveilleuse semaine,

pleine de moments cosy avec ta créativité et autres sources de joie,

Maud ☀️

Comments


bottom of page